mercredi 17 août 2016

"Tous nos jours parfaits" de Jennifer Niven

Public : Tout public (plus jeunesse)
Note : 3 / 5
~ 370 pages (version papier)



Intro :

J'ai lu ce livre en version numérique, dans le cadre d'un club de lecture avec quelques bookstagrameuses (fan de livres sur instagram). La page facebook de ce club est : Il était une fois le club (https://www.facebook.com/Iletaitunefoisleclub/) créé par Pauline du blog iletaitunefoislalecture.blogspot.fr .


Mon avis :

Violet et "Finch" sont les deux protagonistes de l'histoire. Ils se rencontrent de manière inhabituelle : sur le clocher du lycée, au bord du "vide". Ceux qui ont aimé "Nos étoile contraires" devraient apprécier ce roman. Mais comment vous dire mon avis ?
Déjà les thèmes abordés sont très durs et on les découvre au fil des pages. L'auteur n'essaie pas de cacher la réalité ni de l'enrober, alors on vit pleinement à travers ses deux personnages une histoire qui pourrait exister dans notre entourage. (Plus d'explications à la fin de l'article, avec risque de spoil.) Il y a eu quelques passages où je n'ai pas pu retenir l'eau salée qui voulait s'évader de mes yeux.
Mais cette histoire n'est pas triste tout au long du livre. Elle nous remue et elle est plutôt poétique et bouleversante.
Et pourtant, je n'ai pas réussi à aimer ce roman plus que ça. Dès le début, j'ai eu du mal à rentrer dedans. Peut-être parce que ce n'est pas le genre de livre que j'avais envie de lire en ce moment (lycée, romance d'adolescents, deuil, etc.) ou parce que je l'ai lu en version numérique ou encore parce que le point de vue de Théodore me mettait mal à l'aise... je ne sais pas. En tout cas, je lui mets la note de 3 / 5.


Résumé :

Quand Violet et Finch se rencontrent, ils sont au bord du vide, en haut du clocher du lycée, décidés à en finir avec la vie.
Finch est la "bête curieuse" de l'école. Il oscille entre les périodes d'accablement, dominées par des idées morbides et les phases "d'éveil" où il déborde d'énergie. De son côté, Violet avait tout pour elle. Mais neuf mois plus tôt, sa sœur adorée est morte dans un accident de voiture. La survivante a perdu pied, s'est isolée et s'est laissée submerger par la culpabilité.
Pour Violet et Finch, c'est le début d'une histoire d'amour bouleversante: l'histoire d'une fille qui réapprend à vivre avec un garçon qui veut mourir.


Attention / risque de spoil dans ce qui suit :

Dès le début, j'ai vu que quelque chose clochait chez Théodore et très vite, j'ai compris. J'ai compris parce qu'un de mes proches souffre de cette maladie (et je dis bien MALADIE) et que ça a été dur pour moi.
C'est déjà dur pour la personne qui le vit et malheureusement, on colle une étiquette de "fou" sur les personnes atteintes de cette maladie : Les troubles bipolaires (ou maniaco-dépressifs). Mais seul un spécialiste peut vraiment aider.
Donc, un des points positifs de ce livre, c'est que non seulement Jennifer Niven parle des sujets tabous du suicide, du deuil, mais aussi de ces maladies psychologiques (qui ne sont pas assez vite diagnostiquées et souvent mal perçues). Et je suis contente qu'en dehors de l'histoire, l'auteur en parle ouvertement et conseille des adresses pour aider ceux qui veulent s'en sortir.

J'aurais bien fait un article à part sur la maladie (personnes concernées et entourage), mais j'ai peur de ne pas avoir assez de connaissances. Je veux juste appuyé le point que l'auteur soulève : c'est une maladie. Comme toute maladie, on va voir un médecin.
Pour le "corps", on va voir un médecin de médecine générale ou un spécialiste, pour le "coeur" (sens figuré) et le ressenti, c'est un psychologue ou un spécialiste (psychiatre) qui va diagnostiquer s'il y a maladie ou non. Et comme notre corps et notre coeur sont au même endroit (nous), les deux types de professionnels de santé doivent travailler ensemble. Mais j'enfonce le clou : ça n'a rien à voir avec la folie.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire