jeudi 2 mars 2017

La Sainte au sablier, carnet d'un pèlerin
de Philippe Le Guillou


Public : Adulte
Mots-clés : carnet de pèlerin, sainte Thérèse de Lisieux, religieux
Pages : ~ 150

Note : 2 / 5 

Mon avis :
Pour commencer, je remercie Babelio pour l'envoi de cet écrit dans le cadre d'une Masse Critique.
Le résumé de "La Sainte au sablier, Carnet d'un pèlerin" m'a vendu du rêve. En effet, l'auteur a réalisé un pèlerinage sur les traces de Sainte Thérèse de Lisieux en se rendant sur les lieux où elle est allée, en se renseignant sur elle et a retranscrit ce voyage dans ce livre.
Mais cette lecture m'a vraiment déçue.
Bien sûr, l'auteur a une plume poétique, artistique, légèrement déroutante et une bonne culture générale, mais je les aurais davantage appréciées si le contenu avait été plus équilibré et plus sain.
Même si je m'attendais à un écrit subjectif, j'ai été surprise de voir, par moment, l'auteur partir dans des fantasmes un peu bizarres.
Et la personne qu'il dépeint dans ces moments-là, sainte Thérèse de Lisieux, s'éloigne fortement de ce que devait être la réalité. J'ai même relevé par endroits des extases plutôt malsaines quand l'auteur se représente la "petite Thérèse".
Alors, il est vrai que ces éléments concernent seulement certains passages, par-ci, par-là dans le livre. Cependant, au vu du thème traité, ça me pose problème.
Je trouve que pour écrire un livre religieux, sur un saint ou sainte, il ne suffit pas d'en connaître beaucoup sur cette personne, il faut aussi un minimum d'équilibre psychologique qui, selon moi, a fait défaut ici.

D'où la note donnée à ce livre.


Résumé :
"L'auteur insatiable voyageur, s'est arrêté à Lisieux.
Avec le désir irrépressible de sentir, de palper les lieux et les objets familiers de sainte Thérèse, il a pu aussi humer son esprit d'enfance... Pèlerin fasciné par la "petite Thérèse", Philippe Le Guillou se change au fil des pages en guide inconparable. Son récit, riche en descriptions et en émotions, entraîne le lecteur à le suivre et à partir à son tour en pèlerinage sur les traces vivaces de cette fille d'horloger qui, devenue carmélite, mesurait l'or du temps, affiné par la prière, en regardant... un sabler.
Une grande sainte visitée par un grand romancier."

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire