jeudi 2 mars 2017

Quelques minutes après minuit
de Patrick Ness

Public : Tout public (plus jeunesse)
Mots-clés : conte, fantastique, jeunesse, thérapeutique, cancer
Editions : Gallimard jeunesse // ~ 210 pages

Note : 4,5 / 5

Mon avis :
C'est dans le cadre d'un club de lecture sur Facebook, Le Club des Hiboux, que j'ai découvert ce magnifique conte de Patrick Ness, inspiré des idées de Siobhan Dowd et traduit de l'Anglais par Bruno Krebs. C'est un livre qui peut déranger certains par sa portée thérapeutique.

// Risque de spoil :
En effet, il nous met face à nos propres souffrances et face à ce qu'on n'accepte pas (que ce soit de nous-mêmes ou des événements). Cela se fait par un cheminement pour pouvoir, une fois prêt, accepter ces dures réalités, une à une, auxquelles on ne veut pas faire face.
Et, la manière dont ce jeune garçon est accompagné, au travers d'un monstre, rappelle que le cheminement de guérison ne se fait pas seul, mais accompagner par une personne qui sait ce qu'elle fait et comment aider au mieux. //

Le tout, sous forme d'un conte et de poésie, est une excellente idée.
Evidemment, il y a plus que ça dans cette histoire que j'ai beaucoup aimée. Et j'avoue que j'ai également versé quelques larmes.

La version de Gallimard jeunesse illustrée par Jim Kay est juste sublime ! C'était agréable d'avoir un si beau livre entre les mains. J'ai donc vraiment pris mon temps pour le lire, le laisser me travailler et le savourer.
Et je ne regrette pas du tout cette lecture qui peut parler différemment à chacun et à tout âge.


Résumé :Depuis que sa mère a commencé son traitement, Conor, treize ans, redoute la nuit et ses cauchemars. A minuit sept, un monstre vient le voir, qui a l'apparence d'un if gigantesque, quelque chose de très ancien et de sauvage. Mais pour Conor, le vrai cauchemar recommence chaque jour: sa mère lutte en vain contre un cancer, son père est devenu un étranger, et il est harcelé à l’école. Au fil des visites du monstre, l’adolescent comprend que son vrai démon est la vérité, une vérité qui se cache au plus profond de lui, terrifiante.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire