jeudi 28 février 2019

Les Rêves rouges
de Jean-François Chabas


Public : collège et +
Mots-clés : Fantastique, Canada, légende indienne, amour, violence, problèmes familiaux
Edition : Scripto-Gallimard, 11,90€ // ~279 p.

Note : 3,5 / 5

Mon avis :
J'ai eu beaucoup de mal à apprécier ce roman à sa juste valeur. Déjà, parce qu'en refermant ce livre, je me suis dit que la légende indienne ne servait pas l'histoire et même n'y apportait rien de constructif, selon moi. D'autant plus que plusieurs thèmes intéressants, importants, voire graves, y sont traités. J'ai donc l'impression que le côté fantastique n'était pas nécessaire. Sinon, quel est l'intérêt de parler de sujets si graves ? Personnellement, je ne comprends pas, si ce n'est le lien avec le titre "Les rêves rouges". Oui, j'ai été embrouillée comme dans un rêve et la couleur rouge peut faire référence à la violence et à la couleur de peau d'un des personnages principal qui est Indien. Il ne fallait peut-être pas chercher de pourquoi à ce roman. Simplement le lire comme si on traversait un rêve. Et peut-être que ce roman vous convaincra davantage. Je crois que si l'on m'avait prévenue avant, mon avis aurait pu être différent.
En revanche, tout ce qui n'était pas fantastique m'a captivée. Jean-François Chabas possède une jolie plume et je le remercie de m'avoir fait voyager jusqu'au Canada avec des personnages si attachants et singuliers !

Résumé :
Un serpent mangeur d'homme se cache dans les eaux du lac Okanagan, à l'ouest du Canada. C'est ce que dit la légende, et Lachlan et sa mère y croient dur comme fer, comme tous les indiens. Mais quand Daffodil, celle qu'on surnomme l'Anormale au collège, prétend avoir vu la créature, les tensions se déchaînent et la violence s'installe. Les anciens copains de Lachlan ne sont pas des anges. Agressions mystérieuses, insultes anonymes... Le danger se resserre autour du jeune « peau-rouge». Et Daffodil elle-même, n'est-elle pas en danger dans son propre foyer? L'ennemi n'est pas toujours celui qu'on croit.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire